Please, take me back to Flagstaff…

Mon voyage aux États-Unis commença à Flagstaff, une petite ville de 60 000 habitants, située à 2300m d’altitude au nord de l’Arizona. Principalement connue pour être la ville la plus proche du Grand Canyon, elle l’est aussi par le passage de la célèbre Route 66 qui traverse les USA d’Est en Ouest. Elle accueille la troisième université d’Arizona,  la Northern Arizona University (NAU) et ses 28 000 étudiants, après l’université de Phoenix (ASU) et de Tucson (« UofA »).

image

La première chose que l’on peut remarquer, surtout quand on visite la ville en période de vacances,  c’est que cet endroit tourne autour de son université. Sans ses étudiants et l’activité du campus universitaire qui entoure le centre ville,  le lieu paraît par moment presque désert. Je l’ai cependant découvert avec émerveillement.  Premièrement car mon premier réveil ici s’est fait en découvrant les quelques 10 cm de neige fraîche sur les voitures, maisons et bâtiments du campus, et deuxièmement parce que la ville est entourée de forêts, et se situe au pied des montagnes « San Francisco  Peaks », avec le sommet le plus haut d’Arizona, le Humphreys Peak, qui culmine à près de 4000m d’altitude. Quand on aime la nature, les montagnes,  mais qu’on aime aussi l’activité des villes,  Flagstaff est donc le parfait endroit pour vivre.

Bien loin des grandes villes américaines comme Phoenix,  « Flag » nous montre cependant qu’elle n’a rien à envier aux autres: installations universitaires au top, salles de sport dernière génération,  stade de football couvert, observatoire spatiale, station de ski, etc. Et la relative proximité avec le Grand Canyon fait de cette ville un petit coin de paradis.

Le climat y est bien sûr plus froid (normal par rapport à son altitude), mais Flag étant situé sur un plateau,  il est facile de rapidement descendre en altitude en direction du sud pour retrouver des endroits un peu plus chauds.

Comme Sedona, ce petit village « indien » situé en contrebas de la ville à 40 minutes de route « en Hummer ». L’endroit est clairement aménagé pour les touristes avec ses boutiques souvenirs en tout genre. Je suis d’ailleurs d’habitude le genre de touriste qui aime acheter un tas de souvenirs,  mais ce qui se trouvent aux alentours du village est quand même bien plus intéressant.

Oui car Sedona, si vous ne la connaissez pas de nom, vous connaissez probablement ses montagnes rouges, typiques de l’ouest des USA, et ses grandes routes qui les entourent.

Nous avons donc profité du climat pour suivre les quelques kilometres d’un sentier de randonnée pour rejoindre le Devils Bridge, un pont naturel de roche argileuse rouge – orangée au pied d’une montagne et au milieu d’une forêt.

C’était comme ça que je me m’imaginais les USA,  et c’est comme ça que je l’ai découvert. Un environnement naturel qui n’existe que là-bas et que l’on ne retrouvera pas en Europe.  Avec Sedona, on se replonge dans son « rêve Américain ». A la seule différence, c’est que nous sommes  belle et bien dans la réalité.

Dream, Explore, Discover…

BONUS:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s